Le lavage des mains, une habitude simple qui sauve des vies!

Relevons-nous les manches!

27 novembre 2019

Francis Picard-Dufresne, service des communications et du marketing
__

L’hygiène des mains est la pierre angulaire de la prévention et du contrôle des infections. Elle représente une mesure des plus efficaces pour prévenir la transmission d’infections. Certains germes (tels que les virus et les bactéries) peuvent se transmettre facilement en touchant une autre personne. On peut aussi contracter des germes si on touche des objets ou des surfaces contaminés avant de se toucher le visage (bouche, yeux et nez). Il est donc de la responsabilité de tous de développer et de maintenir le réflexe de pratiquer adéquatement l’hygiène des mains.

Un « bon » lavage de mains se fait en utilisant une quantité suffisante de savon, en se frottant les mains l’une contre l’autre pour créer une bonne friction et en les rinçant sous l’eau courante. Suivez les consignes sur les affiches à proximité des distributeurs et des lavabos, puis sur les écrans numériques du CCSMTL!

Pourquoi pratiquer l’hygiène des mains?

  • Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d’infections acquises au cours des procédures de soins. Ces germes sont principalement transmis par les mains lors des soins.
  • L’hygiène des mains est la mesure essentielle à appliquer pour prévenir la transmission de ces germes et le développement des infections associées aux soins.
  • Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avoir une meilleure hygiène des mains pourrait réduire de 50 % la transmission des infections nosocomiales.
  • Au Québec, on dénombre plus de 80 000 infections nosocomiales par année. Selon les années, entre 1 à 10 % de celles-ci entraîneront le décès d’un usager.
  • Face à cette situation préoccupante, le MSSS demande désormais aux établissements de santé et de services sociaux d’atteindre un taux de conformité à une bonne pratique du lavage des mains à 80%. Au CCSMTL, le taux s’élève pour l’instant à 50 %, d’où l’importance de se relever les manches!
  • Au CCSMTL, nous avons comptabilisé plus de 690 transmissions d’infections nosocomiales pour l’année 2018-2019. C’est un nombre toujours élevé, mais une grande amélioration par rapport à 2017-2018 où il y avait eu 1209 transmissions, avant même la fusion avec l’Hôpital Notre-Dame. Nous sommes dans la bonne voie!

Qui doit pratiquer l’hygiène des mains?

  • Tous! Et plus particulièrement les professionnels de la santé et toutes les autres personnes impliquées dans les soins dispensés aux patients, autant en milieu clinique que dans les services sociaux.

Quand doit-on pratiquer l’hygiène des mains?

Les travailleurs de la santé doivent pratiquer l’hygiène des mains lors de quatre moments clés :

  • Avant de toucher à un usager ou à son environnement
  • Avant une intervention aseptique
  • Après un risque de contact avec du liquide biologique
  • Après un contact avec l’usager ou son environnement

Quelques exemples :

  • Lors de l’administration de médicaments à l’usager
  • Lors de l’application d’une crème
  • Lors d’un examen
  • Lors d’une prise de sang
  • Lors d’interventions physiques
  • Avant un changement de couche

Le saviez-vous?

Le port de gants ne dispense pas de l’hygiène des mains, car il n’empêche pas la transmission des germes! Les gants doivent être retirés pour pratiquer l’hygiène des mains lorsqu’elle est indiquée. Il servent uniquement lors de l’application des pratiques de base (contact avec liquide biologique) ou de certaines pratiques additionnelles (isolement).

Qu’est-ce qu’une infection nosocomiale?

Les infections nosocomiales sont définies comme étant des « infections acquises au cours d’un épisode de soins administrés par un établissement du réseau de la santé, quel que soit le lieu où ils sont administrés. » Ces infections touchent ainsi les patients et les soignants de tous les milieux de soins.

Quelques exemples d’infections nosocomiales :

• le C. difficile (Clostridium difficile);

• les ERV (Entérocoques Résistants à la Vancomycine);

• le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline);


Source : https://www.inspq.qc.ca/infections-nosocomiales

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*